" Africa : La Renaissance en marche " avec Baba Diedhiou.



1- Depuis 30 ans, l'État du Sénégal a initié la Biennale de l'Art Africain Contemporain de Dakar. Après un report il y a deux ans, c'est enfin la reprise de cette initiative à la portée internationale. Qu'attendez-vous de cette 14è édition de la Biennale de Dakar ?

La 14ème édition de la Biennale est un retour à la normale dans le secteur culturel. C'est surtout une opportunité d'ouverture sur le monde, pour nous jeunes artistes et pour toute personne évoluant dans le domaine de l’art. C'est un événement qui sera riche en échanges, rencontres et débats. Chaque individu pourra acquérir de nouvelles expériences et tisser des liens pour l’avenir.


2- Quel a été l'impact de cette crise mondiale sur votre quotidien ? Quel est selon vous votre rôle en tant qu'artiste au regard de ce type d'événement perturbateur majeur et mondial ?

Cette crise a beaucoup impacté mon quotidien. Il y avait moins d'événements culturels, beaucoup d’expos, de voyages et de résidences annulées, sans oublier la baisse des ventes. Au-delà du secteur culturel, les shootings et couvertures d'événements que je faisais pour les particuliers ont énormément baissé aussi. Mais cette crise a démontré combien l’être humain est important et donc nous a rendu plus proches les uns des autres.


Pour ma part, cette période était plus dédiée à la réflexion et à la recherche sur mon art. La question était de savoir comment je pouvais évoluer vu qu’on était plus dans le virtuel. Donc je me suis lancé l’objectif de montrer mes travaux à travers les réseaux sociaux et de sensibiliser ainsi à la photographie artistique.


3- En tant qu'artiste, comment vous vous projetez désormais ? Que voulez-vous apporter à l'Afrique et au monde ?

Notre spécificité, notre africanité. Le coronavirus a remis l’homme au centre de la vie terrestre. Nous artistes devront le montrer aux hommes, nous engager pour une humanité plus humaine et ce faisant, continuer de valoriser l’Afrique et ses valeurs.


4-Dans quelles mesures les œuvres que vous présentez dans le cadre de l'exposition « Africa : La Renaissance en marche » reflètent-elles la vie sociale et culturelle de l'après-coronavirus et la renaissance culturelle, sociale et économique du continent ?

Mes œuvres ont pour sources le quotidien des populations. Elles sont le reflet de mon environnement. Elles représentent la résilience de l’Afrique face au COVID et à toutes les crises qu’elle a traversées.


5- Quelles sont vos influences artistiques et comment ont-elles servi votre réflexion ?

Je me suis beaucoup inspiré de la situation que nous étions en train de vivre avec toutes ses évolutions. J’interprète le quotidien des populations dans différentes situations, sans restrictions sur les scènes de vie . Je cherche à exprimer ma passion, mes émotions sur les scènes de la vie quotidienne, la vivacité de l’être humain dans ses différentes activités, dans ses émotions, sa joie de vivre. J’y trouve un bien-être intérieur qui anime ma créativité.



En attendant d'apprécier le travail de Baba Diedhiou en grandeur nature, vous pouvez retrouvez ses derniers projets sur ses comptes Instagram et Facebook.

 

Suivez Kelen sur Facebook et Instagram, pour encore plus d'actualités et de contenus sur l'art contemporain d'Afrique.

15 vues0 commentaire