Le moussor, plus qu'un accessoire...

Mis à jour : mai 10

Beaucoup dans mon entourage le savent, à chacun de mes séjours au Sénégal, je suis toujours autant émerveillée par l’élégance des sénégalaises notamment les dakaroises. Dans cet article nous allons à la découverte d'un autre usage du tissu, d'un héritage aux multiples significations, un accessoire qui cache bien plus qu'une belle chevelure...





Le moussor comme héritage...


Si la tenue vestimentaire des femmes est un élément important de la culture sénégalaise, le moussor, c’est-à-dire le foulard, est le véritable accessoire voire un indispensable dans une garde robe féminine.

Ce bout de tissu fait partie de l'identité culturelle africaine, un vrai patrimoine : "Moussoro" au Mali, "Gele" au Nigéria, , "fichu", "Maré de têt" dans les îles,  "Duku" au Malawi et au Ghana, "Dhuku" au Zimbabwe, "Tukwi" au Botswana, "Gele" chez les Yorouba, "Ichafu" chez les Ibo, "Kouna Diala" chez les Bambara (le bandeau qui serre la tête), "Tabla" chez les Fon au Bénin, "Gnoubouholo" chez les Senoufo, "K’sa" chez les Touareg.


Le port du foulard tire ses racines de l'époque précoloniale et selon les pays et les ethnies, le  port du foulard revêtait une signification particulière. Le sociologue Faco Diarra explique qu'au Mali le foulard était perçu comme un moyen de protection divine.  Porter le foulard est également une pratique commune dans plusieurs cultures pendant de grandes cérémonies telles que les mariages, étant donné que cet accessoire est considéré comme un attribut de la féminité. 



Les moussons de Awa

Historiquement, chez les peuples Yoruba d’Afrique de l’Ouest (Nigéria, Bénin, Togo, Ghana), il y existait plusieurs types de foulards dont l’attaché indiquait la situation sociale de celle qui le portait. Par exemple, si le bout du foulard pointait du côté droit, cela signifiait que la femme  était mariée et si la pointe du foulard est du côté gauche, la femme était un cœur à prendre et pouvait être courtisée.



Les moussors ou l'art de sublimer une silhouette...


Habituellement les moussors ou foulards étaient portés par les femmes avec leurs habits traditionnels, aujourd’hui tout le monde porte le moussor quel que soit la tenue et l’occasion. Il est devenu un accessoire branché puisque même de grandes stars noires l’ont adopté. J’aime beaucoup cette touche qui sublime la silhouette et comme une couronne, le moussor rend les femmes majestueuses.

Il existe des femmes comme Awa Seck ici en photo, fondatrice "des moussors de Awa"  dont "l'ambition est de valoriser ce petit bout de tissu  et d'en faire un accessoire de mode de tous les jours". 





Le moussor dans les oeuvres artistiques…


Cette élégance et cette féminité inspirent des artistes de toutes disciplines comme le peintre Baba Ly qui aiment à peindre des femmes somptueuses ou le sculpteur Boureima Ouédraogo avec ses statuettes représentants des femmes toujours gracieuses.

Elles sont aussi présentes dans des pièces artisanales comme sur les très appréciés plateaux réalisés par Boubacar Konaté ou encore les sous verres de Alexis Ngom où les femmes sont toujours parées de leurs boubous colorés et bien sûr de leurs moussors !





Si vous êtes à la recherche d'oeuvres originales pour embellir votre intérieur ou d'un cadeau original et unique, j'ai ce qu'il vous faut!


Artistiquement vôtre,

Daffa


Suivez Kelen sur Facebook et Instagram, pour encore plus d'actualités et de contenus sur l'art contemporain d'Afrique.

332 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout