Mariane Ibrahim installe sa galerie dans la capitale parisienne.


Mariane Ibrahim. © Fabrice Gousset

La galeriste franco-somalienne Mariane Ibrahim a ouvert en septembre dernier un espace de 400 m2 avenue Matignon qui a récemment repris son rôle d’adresse artistique incontournable à Paris. Son ambition est d’offrir une forte visibilité à la scène émergente, tout en portant les créations et les voix des artistes issus des minorités, en particulier de la diaspora africaine.


Mariane Ibrahim a débuté son activité dans le commerce de l'art il y a dix ans à Seattle puis à Chicago, ville plus marquée d’un point de vue identitaire, culturel, institutionnel et artistique. Elle représente donc majoritairement des artistes africains ou de la diaspora africaine au sens large. « Cela correspond à une quête personnelle » explique la galeriste, née en Nouvelle-Calédonie et élevée en Somalie puis en France.

« Qu'ils soient africains, haïtiens ou afro-américains ce qui m'intéresse c'est la vision artistique particulière qu'ils revendiquent dans leur travail ».

Avec cette nouvelle galerie parisienne, Mariane Ibrahim a à cœur de tisser des liens forts entre les scènes artistiques américaines et européennes, permettant ainsi aux collectionneurs de nouer un dialogue plus intime avec les artistes de la galerie.


L’exposition inaugurale s'intitule “J’ai deux amours”, le titre de la chanson la plus célèbre de Joséphine Baker, vedette du music-hall des années vingt. Par coïncidence, la Présidence de la République avait annoncé peu avant que la même Joséphine Baker, résistante et militante antiraciste, entrerait au Panthéon en novembre 2021.


Cette exposition est “ un hymne à l’amour et à la connectivité, qui met l’accent sur ce qui est inestimable dans les diverses origines culturelles, en particulier au sein du contexte actuel de la montée de la résistance culturelle et des effets de la récente crise sanitaire ”.
Shannon T. Lewis, Protective Colouration Wherever It Might Be Found, 2021. Courtesy of Mariane Ibrahim

Tous les artistes de la galerie américaine y sont exposés, notamment l’artiste plasticien Amoaka Boafa dont vous pouvez retrouver le portrait ICI.


Retrouvez l'exposition “J’ai deux amours”, jusqu’au 13 octobre 2021

à la Galerie Mariane Ibrahim, 18 rue Matignon 75008 - Paris

 

Suivez Kelen sur Facebook et Instagram, pour encore plus d'actualités et de contenus sur l'art contemporain d'Afrique.

26 vues0 commentaire