Portrait d'artistes... Accra et Londres à travers l’oeil du photographe ghanéen James Barnor

Mis à jour : févr. 15

James Barnor, pionnier de la photographie ghanéenne

James Barnor sur Kelen, African Art event manager
James Barnor

James Barnor, né en 1929 à Accra, a une carrière incroyable qui couvre une période historique fascinante. Il a travaillé à Accra et à Londres, liant ainsi les continents, les cultures et les genres. Ses portraits témoignent d’une société en transition, le Ghana marchant vers l’indépendance et Londres devenant une métropole cosmopolite et multiculturelle.


Il débute par la réalisation de portraits pour répondre, avant tout, à la demande de sa clientèle. Dans son studio, « Ever Young » à Jamestown, quartier historique d’Accra, se succèdent des fonctionnaires et dignitaires, étudiants en yoga et professeurs d’université, saltimbanques et jeunes mariés. Barnor maîtrise l’art de mettre ses clients à l’aise: grâce à des conversations animées sur fond de musique populaire se crée un lien unique entre le photographe et le sujet.



James Barnor sur Kelen, African Art manager
Portrait de famille de Mr Crabbe, Accra, Jamestown, Studio Ever Young, c. 1954

Pendant cette période, il a été formé à la photo de presse pour le Daily Graphic. Il est ainsi le premier photojournaliste à collaborer avec le Daily Graphic (le quotidien publié au Ghana par le London Daily Mirror Group), mais il travaille aussi souvent pour le magazine Drum (influent journal d’actualités et de mode, anti-apartheid, fondé en Afrique du Sud et distribué internationalement). Il y réalise de nombreux portraits de femmes africaines.


Il capture aussi des événements historiques importants tels que l’accession au pouvoir de Kwame Nkrumah au Ghana, l’indépendance du pays en 1957, la politique, le sport. ll immortalisera également Mohamed Ali quelques minutes avant son combat contre Brian London, à Earls Court, et le journaliste de la BBC Mike Eghan, à Piccadilly Circus.



James Barnor sur Kelen, African Art manager
Mohammed Ali, préparant son combat contre Brian London, Londres, 1966

À partir de 1959, il part pour l’Angleterre, parfaire sa formation de photographe, travaille comme technicien dans des laboratoires et apprend l’art de la photographie couleur.


En 1969, il rentre au Ghana pour fonder le premier laboratoire couleur du pays et ouvrir un second studio, X23, toujours à Accra. Pendant une vingtaine d’années, il va travailler comme photographe indépendant à Accra, pour quelques agences de presse, l’ambassade des États-Unis ou le président Jerry John Rawlings.


Barnor retourne en Angleterre en 1994 où il a du mal à trouver du travail jusqu'à ce que ses images soient montrées pour la première fois en 2004 au Acton Arts Festival et à l’exposition the Ghana@50en 2007.


James Barnor sur Kelen, African Art manager

Légende de la photo: La photo qu’il a prise en Angleterre était une vision alternative des années 60 et documentant l’expérience de la société anglaise noire. Ses couvertures pour Drum ont grandement contribué à l’avènement de mannequins noirs dans les médias anglais grand public.


Depuis son exposition rétrospective à Autograph ABP à Londres en 2010, les photos de Barnor ont attiré l'attention internationale de conservateurs, collectionneurs, chercheurs, galeries et musées. Autograph ABP a récemment publié un livre intitulé “James Barnor: Ever Young” en partenariat avec la Galerie Clémentine de la Féronnière.



James Barnor sur Kelen, African Art manager


Et rendez-vous sur le compte Instagram de Kelen.



Artistiquement vôtre,

Daffa


Suivez Kelen sur Facebook et Instagram pour des nouveautés quotidiennes sur l'art africain.

30 vues0 commentaire