Soraya Gharib : une peintre autodidacte, passionnée et créative.



1- Pouvez-vous nous présenter brièvement votre parcours ?

D'origine libanaise, je suis née au Sénégal mais je vis à Paris depuis 20 ans. Chaque fois que l'occasion se présente, je vais à Dakar au sein de ma famille.


Secrétaire dans un cabinet d'architecture pendant 12 ans et intéressée par le dessin depuis toujours, je suis devenue assistante en dessin de plan après une formation professionnelle à Dakar. À mon arrivée en France, je me suis intéressée à la calligraphie arabe que j'ai pratiqué dans les ateliers de la Mairie de Paris. Aujourd'hui je me consacre uniquement à la peinture que je pratique depuis près de 10 ans en tant qu'autodidacte.

2- Comment est née votre vocation artistique ?

S'il est vrai que très jeune, j'aimais déjà le dessin et la force des couleurs, quand j'ai voulu intégrer l'école des beaux arts à Dakar ma famille s'y est opposée, prétextant que ce n'est pas un véritable métier.


Restée enfouie en moi cette passion a surgi alors que je traversais une période très difficile, suite à une grosse déception sentimentale...


Les couleurs qui manquaient à ma vie, je suis donc allée les puiser en moi, pour les étaler harmonieusement sur une toile en 2012. J'avais un talent, il fallait qu'il explose et cette douleur l'a fait jaillir.

3- Quelles sont vos sources d'inspiration ?

Je puise mon inspiration dans la beauté de la nature et souvent dans les récits de faits divers.


En ce moment, je peins des arbres dont le tronc est le corps d'une ou plusieurs femmes, en réaction aux problématiques actuelles de la déforestation qui sévit au Sénégal. Sensible à cette situation environnementale, j'ai voulu à travers ces tableaux (arbre/femme) mettre en évidence le rôle central de ces 2 éléments : tous les deux sont sources de vie.


De manière plus générale, je peins ce que je ressens en mon for intérieur et ma créativité je lui laisse libre cours.



4- Parlez-nous de votre technique de travail.

J'utilise la toile en coton et la peinture acrylique, que je travaille avec pinceaux et couteaux, le tout dans un figuratif abstrait. On trouve aussi dans mes toiles du modeling paste pour faire les reliefs et un peu de collage.

5- Avez-vous des couleurs de prédilection ?

Oui, 3 couleurs en particulier : le « rouge » qui symbolise la force et l'amour, le « jaune » pour la lumière qu'il dégage et le « blanc », symbole de clarté.

6- Où peut-on retrouver et contempler vos oeuvres ?

Mes oeuvres sont disponibles en ligne, sur mes comptes Instagram @sgharibart et @sogharibart, sur Facebook et à la Galerie Perla de Dakar.


Retrouvez les oeuvres de Soraya dans la galerie Kelen.

 

Suivez Kelen sur Facebook et Instagram, pour encore plus d'actualités et de contenus sur l'art contemporain d'Afrique.

126 vues0 commentaire